Masso delle Fanciulle fra

Sur la route qui relie Pomarance à Saline di Volterra, environ à mi-chemin, on trouve les directions pour le ‘Masso delle Fanciulle’.

En suivant le chemin pour environ 6 km et ensuite, en laissant la voiture, on peut faire une promenade agréable vers un lieu d’une beauté immaculée, où des véritables piscines naturelles vous permettrons de vous rafraichir. Le nome du ‘Masso delle Fanciulle’ vient d’une légende triste et charmante au même temps : il était une fois deux jeunes filles qui étaient cousines, très belles et de nature calme, qui avaient l’habitude de passer leurs journées sur un grand rocher à côté du fleuve. Les deux filles prenaient soin de leurs brebis et leurs joyeux chants d’amour se mélangeaient à ceux des autres bergers. Les animaux de la forêt se rencontraient enchantés sur le grand rocher et même les oiseaux restaient à entendre les voix harmonieuses qui résonnaient dans la vallée. Entre eux, un vieux loup-garou s’était épris de deux jeunes filles. Un jour, comme il en avait assez d’entendre leurs chants et de les regarder sournois, il s’était jeté sur les filles et il avait essayé de les tuer. Les deux filles, très effrayées, avaient essayé d’échapper en grimpant dans le somment du rocher, mais le loup les avait rattrapées. En se sentant piégées, les deux filles s’étaient tenues la main et s’étaient jetées dans les eaux profondes de la rivière. Le fleuve Cecina qui avait eu pitié d’elles, avait transformé les deux filles en des petites houles, donc, entraînées par le courant, elles avaient réussis à échapper à la soif de tuerie du monstre qui s’avait éloigné pour de bon. Des autres histoires, cette fois réels, sont beaucoup plus proches à notre temps : pendant les longues années de la Seconde Guerre Mondiale ce tronçon de fleuve a assisté aux actes des protagonistes de la résistance aux troupes nazi-fascistes. Juste là, près du rocher, des conflits parmi les plus sanglants ont eu lieu ; le rocher, en effet, était un point stratégique de guet, d’où les partisans montaient la garde, pour cette raison les allemands essayaient de s’approprier de cette position stratégique.

Print Friendly, PDF & Email